Bienvenue dans Deadman Wonderland, la prison où la folie règne... { Violence, Yaoï, Yuri et Hentai autorisés, NC -15 }
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Suzaku ~ A black dog howl in my soul ♪

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Suzaku
~ ♠ Membre des Undertakers (S)
avatar

Messages : 22
Date d'inscription : 13/08/2013

Dossier du prisonnier
ID du prisonnier: The Hound
Rang du prisonnier: Undertaker

MessageSujet: Suzaku ~ A black dog howl in my soul ♪    Mar 20 Aoû - 17:00

« FEAT. HAINE RAMMSTEINER »
Hound

Nom : Inconnu
Prénom(s) : Suzaku
Surnom : Anciennement Phenix, aujourd'hui Hound.
Age : 19 ans
Orientation : Hétérosexuel.
District : G
Rang : Undertaker
Crimson Rebirth : Contrairement aux pouvoirs habituels des Deadmen, cette branche du pêché ne permet pas de manipuler son sang afin d'en faire une arme. En réalité c'est tout le contraire, elle lui accorde une capacité de régénération impressionnante à condition que son sang soit en contact avec la zone à soigner. Ceci offre une quasi-immortalité à l'Undertaker qui ne peut toutefois échappé à la mort par empoisonnement ou maladie.  
Caractère

Sociopathe, détraqué, fou dangereux. La liste d’adjectifs qu’on utilise pour me désigner est encore longue. C’est ainsi que le monde me perçoit et que je vie. Rares sont les gens qui me voient autrement qu’un aliéné échappé de l’asile… Pourtant je n’ai pas toujours été comme ça, je me rappelle il y’a seize ans, j’étais un gamin comme les autres, peut-être un peu plus tête brulé, le genre de gosse qui s’attache vite à vous, qui ne tient pas en place et cherche toujours à découvrir de nouveau jeux. Un enfant heureux qui ne connait rien d’autre que l’amour. Puis le Peintre balaya tout, joie, innocence, affection, ce qui faisait de ce gosse quelqu’un comme les autres fut noyé par cette marée écarlate. La seule chose qui subsista fut la peur. Une peur viscérale qui étrangle la raison et ronge les âmes. Le type de terreur capable de rendre fou le plus serein des hommes. De quoi briser l’esprit d’un enfant âgé d’à peine trois ans…

Six ans d’hôpital psychiatrique ne suffirent à résorber qu’à moitié cette démence qui me dévore de l’intérieur. Les thérapies et autres traitements ont finis par calmer ma crainte des humains sans pour autant endormir ma méfiance à leurs égards. Je restais terrifié par le rouge malgré tout les efforts et il me fallut dix années de survie dans les rues d'un Tokyo ravagé pour vaincre cette phobie. La vengeance m'a sauvé de l'aliénation, grâce à cette volonté immuable de prendre ma revanche sur le Peintre, j'ai surmonté mes propres démons. La haine fut à la fois le poison et le remède. Un catalyseur de terreur, capable de changer ma peur en fureur.

Au fil du temps rage et folie se sont liées comme des sœurs jumelles, deux facettes d’une même pièce. Un mélange explosif que j’essaye de garder sous contrôle au quotidien. Mais peu importe la force de ma volonté, je reste incapable de maîtriser les pulsions de morts qui me gagnent lorsque mon regard croise le sang vermillon. La peur réveille le monstre qui sommeille en moi, la bête enragé que le Peintre a enfoncée dans ma gorge et qui a grandi dans mon estomac. « Hystérie Paranoïaque », je me rappelle de ces mots qu’utilisaient les psychiatres pour désigner mes crises de démence incontrôlables. Peu importe l’étendue de leur savoir, le jargon scientifique n’aura jamais les bons mots pour désigner de quoi il s’agit...
Moi j'ai vu ses yeux embrasés, entendu son hurlement de rage et sentit son odeur qui empeste la mort. C’est un chien... un chien, noir comme les ténèbres tout droit sorti des enfers... Le Cerbère.


Physique

Je ne suis ni beau et ni attirant. Je suis l’une de ces personnes qui ont un physique que les autres rejettent, je fais partie de ceux qui vivent en marges parce qu’ils sont nés différents. Dans cette société où l’apparence renvoie à l’image que l’on donne de soi, mon albinisme est une condamnation à l’exclusion. Cheveux incolores, peau cadavérique et pupilles de sang, mon visage à lui seul suffit à effrayer les craintifs et les superstitieux. Ma nature asociale n’aidant en rien à créer des liens, j’ai rapidement compris que mon corps avait aussi était conçu pour une vie solitaire. J’ai toujours vu ça comme un avantage plus qu’un handicap, à mes yeux ma particularité génétique est quelque chose de précieux. Je me distingue du commun des mortels par cette allure atypique. Je suis le mouton noir qui avance à contre-courant, celui qui échappe à l’abattoir parce qu’il ne suit pas le groupe. On a peur de moi avant même de savoir qui je suis, on me croit vampire ou zombie. Quand on me voit on est surpris, décontenancé l’espace d’un instant, juste le temps qu’il faut pour que le monstre au physique dérangeant puisse mordre l'inconscient qui le fixe stupidement.

La cicatrice caché derrière les bandages de mon cou ajoute une touche de morbide à mon apparence de créature nocturne. J’ai survécu à ce qui aurait dû tuer n’importe quel humain, je suis un mort vivant qui respire, sourit avec provocation et s’amuse à lancer des regards brûlants. Il me suffirait de montrer cette balafre pour donner un aperçu de l’enfer aux imbéciles qui me dévisagent impunément. Au lieu de ça je préfère fumer une cigarette en plongeant mes yeux écarlates dans leurs regards inquiets, en espérant vainement tomber sur les pupilles que je cherche ardemment.

Côté vestimentaire, mon style vient de la rue. Le noir domine, de la veste aux chaussures, pantalons et t-shirt compris. J’ajoute parfois quelques touches de rouge ou de gris, mais jamais je ne porterais d’autres couleurs que celles-ci. A cela s’ajoute mes lunettes de protections, bien que peu nécessaire dans cette prison où les lumières trop vives pour un albinos sont rares. Le tout donne l’impression subtile d’avoir à faire à un prédateur, un animal carnivore qui considère chaque être humain comme sa proie. C’est seulement quand on est face aux deux canons de mes armes à feu qu’on réalise à quel point on est loin du compte. Je ne suis pas une bête affamée… mais un chien enragé.


Histoire

Mon corps tremble… les palpitations de mon cœur sont chaotiques. J’ai le souffle court, ma vue est trouble, le grognement d’une créature infernale retentit. Je sens son haleine fétide brûler mes narines. Mes os brûlent et l’univers se teint progressivement de rouge. Je n’arrive pas à détacher mon regard de ce sang qui coule. Chaque goutte qui s’enfuit et se répand sur le sol est comme une lame gelée qu’on enfonce dans mon âme. Lentement, mon esprit sombre dans la démence. Les crocs du chien noir se referment sur mon esprit, je n’ai le temps de voir que cette bille écarlate qui fonce vers moi. Une douleur aiguë transperce mon crâne à l’instant où l’orbe de sang pénètre mon front et traverse ma tête. Et soudain tout s’arrête. Le calme regagne mon corps et mon esprit, la marée écarlate se retire, la bête enragée disparait. L’espace d’une seconde je suis en paix… même les pulsations assourdissantes de mon cœur se sont arrêtés. Nuit et silence. J’ai rejoint les ténèbres avant même de m’écrouler sur le sol.

Je me rappelle de cette légende urbaine sur la mort : la dernière seconde avant le moment fatidique, les humains verraient toutes leurs vies défiler devant leurs yeux. Une fois encore je suis un être à part. La dernière image encré dans ma mémoire c’est le visage de ce Deadman déterminé à aller jusqu’au bout pour survivre au Carnival Corpse. Ma mort lui aura au moins permit d’obtenir un sursis. Je regrette juste que tout soit allé si vite. Finalement ma vie n’aura été qu’une gigantesque farce dont je ne comprendrais jamais l’humour. J’étais si près du but, je pensais vraiment qu’à Deadman Wonderland, j’aurais pu le retrouver… ce Peintre qui m’a tout pris.


12 Mars 2008 – 3h

Un nourrisson cri dans la nuit mais personne ne lui répond. La chambre parentale est vide, tout comme celle de son frère. Les hurlements de détresses sont noyés par le tambourinement de la pluie et les fracas du tonnerre. Nuit d’orage à Tokyo, l’immeuble entier semble plonger dans un mutisme irréel. Le moindre bruit pourrait attirer l’attention de la Mort qui rôde. Elle a frappé dans l’ombre, tous le savent mais personne n’a le courage de venir en aide à cette pauvre famille victime de la fatalité. Alors le nouveau-né braille un peu plus fort, impuissant, il n’a même pas conscience du drame qui se joue autour de lui, mais il ressent de la peur malgré tout. Dans le salon de ce petit appartement de banlieue, un psychopathe peint une toile morbide avec le sang du cadavre de ses parents. C’est un tableau aux milles teintes de rouge, mais il manque toutefois la touche finale qui le canonisera au rang de chef d’œuvre… le pourpre éclatant d’un jeune enfant.

L’artiste aliéné se tourne vers le berceau, son regard fou se pose sur le bébé qui s’est tu mystérieusement. Il avance vers lui, un masque d’avidité dérangeante collé au visage mais quelque chose vient soudain troubler son délire si parfait. Un gamin aux cheveux blancs surgit de nulle part lui barre la route, dans son regard on peut lire une terreur incommensurable et une lueur de bravoure. Le Peintre lui, n’y voit que pure folie. Car il faut être insensé pour interrompre le travail d’un tel artiste. Le gosse tient à peine debout, son corps est agité de spasmes due au choc émotionnel qu’il doit encaisser et pourtant il lui fait face, déterminé à l’empêcher d’aller au bout de ses noirs desseins. L’expression de ses yeux pourpres le fascine à tel point, qu’il finit par se convaincre que nul autre sang n’est digne d’achever sa peinture. Le Peintre se penche vers l’enfant en lui souriant sadiquement, avant d’attraper ses cheveux et de le forcer à faire face au berceau de sa sœur. Il saisit son rasoir droit et pose la lame sur le cou de sa future victime, elle ne bouge pas, elle ne se débat pas. Son regard est rivé sur le nourrisson qui sera le témoin forcé de la mise à mort du dernier membre de sa famille. Ses pensées sont chaotiques, la peur domine chacune d’elle, il n’a pas la force de résister, ni même l’espoir de s’en sortir. Il a compris qu’un accord tacite vient d’être passé entre lui et ce monstre… sa mort épargnera la vie de sa sœur.

Le meurtrier tire sur les cheveux du gamin pour lui faire lever la tête, ses larmes commencent à couler. Le métal froid du rasoir s’enfonce doucement dans sa peau, mais la douleur reste supportable. Quelques gouttes de sangs se mettent à perler le long de sa gorge alors que la lame s’enfonce plus profondément. Il gémit mais la main libre du Peintre vient étouffer ses futurs cris, les coups de tonnerres brisent le silence par moment, jusqu’à ce que la sirène de la police ne le rompt définitivement. L’artiste retire vivement son arme du cou de la muse suppliciée, élargissant la plaie au passage, avant de jeter le garçon à terre. Sa vision devient floue alors qu’il se vide doucement de son sang, ses tympans sifflent comme jamais, il a l’impression que son corps entier va exploser à chaque respiration. Le bruit lointain de plusieurs hommes dans le couloir lui parvient tandis que ses paupières se ferment sur l’apparition des représentants de la loi. Un voile noir se pose sur son esprit qui sombre dans l’inconscience alors que deux flammes rouges percent la nuit.


4 Avril 2014 – 17h

« Bonjour Suzaku, comment vas-tu aujourd’hui ? »
Pas de réponse. L’albinos fixe obstinément le mur blanc de sa cellule capitonnée, les mains posées machinalement sur la cicatrice de son cou, ses genoux et ses coudes repliés contre son ventre. Le docteur ne s’offusque pas d’un tel silence, il sait que son mutisme volontaire est une façon pour lui de se protéger des hommes. La misandrie étant l’une des phobies les plus coriaces du jeune garçon avec son hématophobie. D’habitude, ce patient-là était traité par des psychiatres exclusivement féminines mais aujourd’hui était un jour particulier où le directeur de l’hôpital lui-même souhaitait avoir un entretien avec cet enfant.

« Je suis venu te féliciter Suzaku. Ta dernière thérapie a montré des résultats très concluants et mes collègues s’accordent à dire que ta phobie du rouge est sur le point de disparaître. »
Le gosse ne donne toujours aucun signe d’attention, tout son être semble focalisé sur le mur qui fait face à son lit. A tel point qu’on pourrait croire un instant qu’il s’agit d’une poupée de cire à l’effigie du véritable Suzaku. Toutefois, même s’il ne cligne presque pas des yeux, on peut tout de même apercevoir sa poitrine se soulever à chaque respiration et trahir sa nature humaine.

« Je ne regrette pas d’avoir enlevé ta camisole de force. Si tu continues à faire autant de progrès, je crois que nous pourrons sérieusement envisager de t’installer dans une chambre digne de ce nom. Qu’en dis-tu ? »
Les yeux vermillons de l’albinos se posèrent alors sur l’homme en blouse blanche. Il n’émanait aucune chaleur, aucune émotion de son regard, juste une impression de vide déroutant. Le sol trembla et le plafond se mit à vibrer. Bientôt, toute la cellule fut en proie à une multitude de secousses qui envoyèrent les deux individus rapidement au sol. Les murs se fissurèrent et un morceau du plafond s’abattit sur le médecin qui en fut assommé sur le coup. Par instinct Suzaku se réfugia sous son lit et se roula en boule, tétanisé, en attendant que la terre cesse de trembler. La cellule s’écroula sur elle-même et l’enterra vivant sous les décombres, quelques minutes s’écoulèrent avant que tout redevienne calme à nouveau. Le garçon se décida finalement à sortir malgré sa peur. Ce qu’il vit le laissa sous le choc. L’hôpital tout entier avait été rasé par le séisme, il ne restait plus qu’un océan de débris où l’on pouvait apercevoir par endroit, les cadavres mutilés du personnel et des patients.

« Su… Suzaku… aide moi. »
Le gamin découvrit avec horreur le médecin prisonnier sous les gravats, du sang coulant abondamment de son visage et du bras qu’il tendait avec difficulté vers lui. A la vue de toute cette hémoglobine, l’albinos se figea, tétanisé. Les pulsations de son cœur s’intensifièrent et son corps fut pris de violents spasmes. Il entendit un grognement inhumain et une ombre se déplaça dans le coin de son regard, lui faisant tourner la tête pour apercevoir… le chien noir.


28 Septembre 2024 – 19h

« Qu’est-ce qu’on a ? »

« D’après le témoignage du voisin, un homme seul et armé a tiré plusieurs coups de feu. »

« De qui s’agit-il ? »

« On sait juste qu’il est albinos… »

« J’ai comme une impression de déjà vu… enfin bref, on y va ! »
Les deux policiers s’engouffrèrent rapidement dans l’immeuble rejoignant l’équipe en attente devant l’appartement du jeune criminel. Entre-temps, la mémoire du vieil inspecteur s’était rafraichie, il se souvenait désormais de l’affaire similaire dont il avait été chargé des années plus tôt. Une famille avait été massacrée par un serial killer assez célèbre à Tokyo, seuls les gosses avaient survécu. L’ainé était presque mort à demi-égorgé par le psychopathe, lorsque les forces de l’ordre étaient intervenus. On n’avait jamais réussi à mettre la main sur le meurtrier depuis, mais le vétéran de police avait gardé un souvenir impérissable de ce petit albinos qui s’en était sorti de peu.

« Go ! »
La porte fut rapidement enfoncée et le hall d’entrée sécurisé pendant que l’officier se dirigeait vers le salon, son revolver dégainé. En trente ans de service, il s’était fait des nerfs d’aciers et pensait en avoir vu suffisamment pour rester de marbre face à toutes épreuves. Mais voir le même garçon qu’il y a seize ans, couvert de sangs dans un canapé, l’arme du crime dans une main et un cadavre à ses pieds, brisa ses certitudes. L’albinos posa son regard sur lui, dans ses yeux régnaient une sérénité irrationnelle face à un tel carnage. Le vieil homme remarqua que son visage tout entier arborait cette même expression de paix glaciale, comme si pour la première ce garçon se sentait en sécurité…


2 Novembre 2024 – 20h

Les paupières de l’albinos s’ouvrent brusquement en même temps que sa poitrine se gonfle dans une longue et profonde inspiration. L’orifice sur son front se résorbe graduellement, cicatrisant à une vitesse ahurissante. Tandis que le jeune homme cherche à reprendre son souffle, un individu s’approche de lui et attire son attention, mais la lumière qui l’éblouit l’empêche de voir qui s’adresse à lui.

« C’est un intéressant pouvoir que tu as là Suzaku… »
La voix est masculine malgré quelques aigus dissonants. Le garçon n’est pas inquiet comme autrefois en présence d’un homme. Il a vaincu cette phobie il y a quelques années déjà et malgré sa réticence à en côtoyer, il n’a plus peur d’eux désormais. Cela ne l’oblige toutefois pas à répondre à cet inconnu qui lui fait une très mauvaise première impression.

« J’ai entendu dire que tu avais toi-même provoqué ton emprisonnement à Deadman Wonderland dans le seul but de retrouver le Peintre, n’est-ce pas ? Si j’ai raison, je pense que tu seras très intéressé par ma proposition… »
 




Qui se cache derrière l'écran...



Je m'appelle Raphaël mais on me connait sous le pseudo CrimSon. J'ai 18 ans et toutes mes dents. J'ai connu le forum en cherchant =) et je le trouve plutôt orgasmique. Je fais du rp depuis 6 années et j'aime ça. J'ai envie de vous dire Albino Pawa ♥ Ah oui j'allais oublier, en lisant le règlement, j'ai vu qu'il y avait un code...

Spoiler:
 


code by Jess + modif' by Shiro.



Dernière édition par Suzaku le Ven 23 Aoû - 19:03, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shiro
~ ♫ Queen of Wonderland
avatar

Messages : 153
Date d'inscription : 29/06/2013
Localisation : In Wonderland..

Dossier du prisonnier
ID du prisonnier: Shiro ; Wretched egg.
Rang du prisonnier: Deadman

MessageSujet: Re: Suzaku ~ A black dog howl in my soul ♪    Mar 20 Aoû - 19:42

Bienvenue à toi, Suzaku ! Wink
J'espère que tu sais où tu as mis les pieds.. Ici, c'est Deadman Wonderland, la plus folle des prisons au monde. Afin de nous présenter entièrement ton dossier du prisonnier, nous te laissons trois semaines complètes. Car oui, à DW, seuls les plus dangereux y sont acceptés... Alors prends bien soin de décrire chaque informations comme il faut, pour ne rien regretter ensuite. Si tu as des questions, ou des problèmes qui nuiraient à l'avancement de ta fiche, n'hésite pas à prévenir un membre du staff !
Shiro.. ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deadman.forumactif.org
Suzaku
~ ♠ Membre des Undertakers (S)
avatar

Messages : 22
Date d'inscription : 13/08/2013

Dossier du prisonnier
ID du prisonnier: The Hound
Rang du prisonnier: Undertaker

MessageSujet: Re: Suzaku ~ A black dog howl in my soul ♪    Ven 23 Aoû - 19:06

J'ai finis je crois !
J'espère que ça vous plaira Embarassed 
Bonne lecture ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hana Welford
~ ☯ Queen of Paradise (A)
avatar

Messages : 66
Date d'inscription : 30/06/2013
Age : 21
Localisation : On Your Left Shoulder...

Dossier du prisonnier
ID du prisonnier: Hana Welford, ''Nightingale''
Rang du prisonnier: Deadman

MessageSujet: Re: Suzaku ~ A black dog howl in my soul ♪    Ven 23 Aoû - 20:23

Bon, je vais commenter ta fiche mon petit Kuku 8D

Caractère : Rien à dire. Tout est très bien écrit, et j'aime beaucoup la ''chute'' de ta description.

Physique : Rien à dire non plus (><)

L'histoire : Ton histoire est... juste merveilleuse *bave*. Très bien écrite, tu nous plonge dedans d'une tel facon qu'on arrive pas à décrocher. Il y a juste un point que je trouve dommage, c'est que lors des deux premiers paragraphes tu nous parle manifestement de sa défaite lors d'un carnival corpse, mais que tu ne rejoins pas plus en détails cette partie de sa vie à la fin... Peut etre parce que cela reste à faire in rp? (je suis pas très clair dans ce que je dit ^^)

Bref, très bonne fiche, et j'hésite sérieusement entre un rang A et S... Je laisserais Shiro trancher selon ce qu'elle a à dire <3

- - - - - - - - - - - - ♠ - - - - - - - - - - - -
I'm Lost.... Will You Find Me?:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shiro
~ ♫ Queen of Wonderland
avatar

Messages : 153
Date d'inscription : 29/06/2013
Localisation : In Wonderland..

Dossier du prisonnier
ID du prisonnier: Shiro ; Wretched egg.
Rang du prisonnier: Deadman

MessageSujet: Re: Suzaku ~ A black dog howl in my soul ♪    Ven 23 Aoû - 20:38







Le Jugement Divin !


   

Validation

Félicitation à toi, Suzaku ! Tu es maintenant validé, et nous sommes heureux de te compter parmi nous. Alors avant toute chose, sache que maintenant tu dois aller recenser ton avatar, ainsi que ta branche du pêché (si tu es un Deadman), pour que personne ne te les piquent ! Mais aussi d'aller générer ton dossier du prisonnier, qui se trouve dans ton profil. Tu peux aussi aller faire un petit tour à la boutique Wonderland si l'envie te dit !

  Bien ! Maintenant passons à notre jugement :

Pour résumé tout ça... WAOW ! Fiche juste... Sublime ! J'en suis totalement fan, quasiment sans fautes en plus ! (J'ai cru voir deux erreurs par là..) Personnage totalement intéressant, avec un caractère bien à lui et troublant. S'il y a une chose que je pourrai te reprocher, c'est que ton histoire reste un peu trop "flou", c'est dommage, on aimerait bien en apprendre un peu plus sur Suzaku ! Mais comme tu as dit que tu t'occuperais de ça in rp, je ne te demanderai pas de changer, pis c'est très bien comme ça. Donc juste... bravo ! ♥

Le staff de Deadman Wonderland est donc heureux de te valider avec le rang S, et tu obtiens 200 Cast Points !

Encore bravo à toi, en espérant que tu te plaises parmi nous, et bon jeu ♥
FICHE  © SUNHAE DE LIBRE GRAPH'

- - - - - - - - - - - - ♠ - - - - - - - - - - - -


Merci Hiryu pour ce cadow ♥ :
 


Merci aussi à Noctis ♥ :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deadman.forumactif.org
Suzaku
~ ♠ Membre des Undertakers (S)
avatar

Messages : 22
Date d'inscription : 13/08/2013

Dossier du prisonnier
ID du prisonnier: The Hound
Rang du prisonnier: Undertaker

MessageSujet: Re: Suzaku ~ A black dog howl in my soul ♪    Ven 23 Aoû - 20:42

HAAAAN !! >//<
C'trop d'honneur mes chéries je vous neeeeems <3
Merci Merci Merci !!!

j'lavais dit que j'étais le chouchou ! La preuve (a)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Suzaku ~ A black dog howl in my soul ♪    

Revenir en haut Aller en bas
 
Suzaku ~ A black dog howl in my soul ♪
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Darker than black
» Soul of Chogokin (Bandai)
» Soul Of Chogokin sur Suka
» Soul Eater
» Black★Rock Shooter

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deadman Wonderland :: Avant de RP :: Présentation :: Présentation Validées :: Undertaker-
Sauter vers: