Bienvenue dans Deadman Wonderland, la prison où la folie règne... { Violence, Yaoï, Yuri et Hentai autorisés, NC -15 }
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Du sang sur les mains (PV Izayoi)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Joshua Anderson
~ ♣ Membre des Gardiens (S)
avatar

Messages : 84
Date d'inscription : 17/08/2013
Age : 21
Localisation : Inside the darkness

Dossier du prisonnier
ID du prisonnier: Joshua, Son of the Evil
Rang du prisonnier: Gardien

MessageSujet: Du sang sur les mains (PV Izayoi)   Mar 3 Sep - 4:02

La première aube se lève sur Deadman Wonderland et les décors paradisiaques d’un parc d’attractions s’éclairent des rayons solaires. La façade remplit son rôle. Dans les veines de la prison, un homme avance, seul. Son regard doré est perdu dans le vague, à la recherche de quelque mystère obscur. Je ne sais pas qui il est, il ne porte pas de collier autour du coup. C’est sûrement un Gardien. Pourtant il se dégage de lui une impression subtile de calme, comme s’il ne voyait pas les prisonniers qui pourtant l’épient au travers des barreaux de leurs cellules. Du mépris. Cet homme n’a que mépris pour nous autres condamnés. Il traverse le couloir du district E dans un silence de mort. Qui est-il ? Que veut-il ? Je ne le sais pas et ne le saurai probablement que lorsqu’il se décidera à agir. Il ne se décide toujours pas. Puis son regard croise celui de l’un d’entre eux. En un instant, il est comme mis à nu par ces yeux aux pupilles jaunes et sans expression qui s’attachent aux siens ; vision troublante qui hantera son cerveau pour encore quelques nuits sombres et agitées.  Il s’avance vers la cellule de son prochain sujet potentiel de sa démarche lente, savourant à l’avance des réjouissances dont il sera le seul à bénéficier

Je peux imaginer ce que ressent le pauvre homme derrière ses barreaux qui regarde avancer ce bourreau au visage mystérieux. Je ressens jusqu’au frisson d’angoisse qui parcourt son échine tandis qu’il s’imagine souffrir sous les coups du gardien. Il n’a aucune idée de ce dont est capable Joshua Anderson et c’est tant mieux comme ça. Mais je ressens aussi l’intense plaisir que dégage la physionomie de Joshua, il exsude littéralement de joie à l’idée de faire goûter " tout le mal du monde" à un autre de ces hommes enfermés. Son plaisir est interrompu par un autre gardien qui accourt vers lui en l’appelant :

- Monsieur Anderson, quel soulagement de vous trouver ici !
- Que se passe-t-il ?
- Une émeute au district F ! Des prisonniers sont devenus incontrôlables et ont attaqué les gardiens. On a besoin de renforts et on vous a envoyé chercher ainsi que Mademoiselle Kirigakure ! Il paraît que vous saurez gérer ce problème à deux.
- Je vois. Ces prisonniers sont décidément très intéressants. Savez-vous comment cette émeute a commencé ?
- Non, nous n’en avons pas la moindre idée….
- Quel gâchis, une si belle occasion. Vous manquez sérieusement de compétence.

Ce disant, Joshua tourne son regard vers l’homme qui l’appelait. Ses yeux glacials le transpercent tels des flèches de cristal et on sent, malgré le calme de sa voix, qu’il aurait éliminé cet homme s’il n’était pas un Gardien tout comme lui. Mais il réalise soudain quelque chose, ils seront deux à gérer les prisonniers.

- Qui est cette mademoiselle Kirigakure ?
- Une nouvelle je crois, M. Tamaki a une grande confiance en elle…

Une lueur d’intérêt s’allume dans son regard tandis qu’il s’élance vers le district F. cette femme qu’a mentionné l’incapable semble l’amuser au moins autant que l’émeute. Mais qui peut-elle bien être ? Je me pose la question tandis qu’il court dans les couloirs, un masque impassible dissimulant son intérêt. Joshua traverse le district à toute allure, sans même un regard pour les prisonniers qui s’inquiètent de voir un gardien ne pas saisir d’occasion pour les martyriser. Ils savent sans doute pour l’émeute, les nouvelles circulent vite en prison.

Je ne m'attarde pas sur le sujet et apparemment Joshua non plus. Tout ce qui l’intéresse, c’est son émeute. Curieux personnage que cet homme rempli d’un intérêt quasi morbide pour la face la plus obscure des hommes. Pourtant je refuse de détacher mes yeux de lui. Peut-être, les légendes affirmant que les victimes suivent leurs meurtriers des yeux sont fondées après tout. En tout cas, pour moi elles le sont et je suis pressé de voir ce que fera Joshua une fois arrivé dans le district F. il ne tarde pas à l’atteindre et j’aperçois une scène déplorable : trois gardiens tentent vainement de contenir les prisonniers déchaînés qui envahissent le couloir, munis d’armes de fortune et la rage au ventre. C’est ça aussi l’univers carcéral.

Un sourire lugubre fleurit sur le visage inexpressif de Joshua qui contemple la scène sans la moindre volonté d’intervenir. Il semble attendre, mais quoi ? Ou plutôt qui ? La réponse ne tarde pas à venir. Se détachant du groupe rassemblé derrière de sommaires barricades, un prisonnier houspille les gardiens, le fiel aux lèvres et le poing levé. Leur chef. C’est le moment que choisit Joshua pour bouger. Trop vite pour que quiconque puisse le voir, il lance une petite aiguille vers sa cible. L’homme ne sentira presque rien, à peine une piqûre de moustique. Pourtant cela suffira au Gardien. Déjà les effets de la substance se font ressentir, le prisonnier chancelle et s’effondre.

Le bal des horreurs commence pour cet homme qui hurle et gémit sans retenue. Ses amis s’éloignent prudemment, convaincus qu’il a été atteint d’un mal contagieux. Il est contagieux mais ils ne pourront lui échapper. Joshua s’avance lentement de l’homme tremblant sur le sol et se penche à sa hauteur. Je m’attends à ce qu’il le tue d’un coup sec et abrège les souffrances provoquées par le délire hallucinatoire, il n’en fait rien. Son regard acéré ne manque pas une minute du spectacle des souffrances de sa victime. Les gardiens tétanisés cherchent vainement à comprendre :

- Mais…qu’avez-vous fait ?
- Un professionnel ne donne jamais ses sources. Reconduisez-le dans sa cellule et amenez-le-moi d’ici quatre heures. Il devrait avoir recouvré toutes ses facultés.
- Vous voulez rire ! On ne peut pas le transporter dans cet état !
- Tsss…incapables que vous êtes.

Il a marmonné cette dernière phrase avec tout le dédain que méritent ceux qui lui font cette réponse couarde et se désintéresse rapidement de leurs états d’âme pour regarder le reste des mutins, paralysés par la peur et incapables de décider quelle attitude adopter face à cet homme qui a vraisemblablement abattu leur chef. De pauvres moutons sans berger et sans défense. Mais des moutons humains après tout.

Le psy désigne du doigt un de ces hommes terrifiés et lance soudain :

- Toi ! Approche par ici !
- O-Oui ?
- Dis-moi, pourquoi avoir entamé cette révolte contre vos gardiens ? Vous saviez pourtant que ce serait futile n’est ce pas ?
- E-Eh bien nous…nous voulions plus de nourriture !

Sourire en coin de la part de l’homme aux yeux d’or. Pour une raison aussi futile, ces hommes ont été jusqu’à risquer leur vie en affrontant les forces maintenant l’ordre dans la prison. Héroïsme naïf et inutile.

- Bien, je vois que tu as parfaitement répondu à ma question alors je te laisse partir. Retourne dans ta cellule et que je n’entende plus parler de toi.
- B-bien ! Merci monsieur !

Personne ne comprend le manège de cet homme. Pourquoi relâcher un coupable ? Pourquoi ne pas saisir l’occasion et punir ? Mais moi je vois l’idée dissimulée derrière ce masque de clémence. L’œil exercé du psychiatre a repéré les affinités existant entre quelques prisonniers à leurs tremblements et la punition qu’il prépare est infiniment plus cruelle que ce qu’imaginent ces ignorants qui ne savent gérer une émeute.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Izayoi Kirigakure
~ ♣ Membre des Gardiens (S)
avatar

Messages : 63
Date d'inscription : 18/08/2013
Age : 20
Localisation : On Your Right Shoulder...

Dossier du prisonnier
ID du prisonnier: Izayoi, l'empoisonneuse
Rang du prisonnier: Gardien

MessageSujet: Re: Du sang sur les mains (PV Izayoi)   Sam 12 Oct - 20:50

J’aurais pu m’endormir, ici, au soleil. Profité pleinement de cette magnifique journée, peut courante à cette période de l’année. Oublier mes soucis le temps d’un clignement, oublier l’horreur de cette prison, de ces dirigeants tous plus repoussant les uns que les autres, de ces détenus pitoyables… M’oublier, tout simplement.  J’ai toujours hais les hommes, leurs stupidités maladifs, leurs hypocrisies. Leur nature. Et me voilà à leurs soldes, chien à la botte de quelques gens que je ne peux défier.  Impuissante. Désespérément faible.
Stupide petit serpent que l’on a condamné à errer dans une cage doré.
Face aux nuages parcourant le ciel azure, je ne peux que constater que cette cage, je me la suis construit seule au fur et à mesure de mes erreurs. Car erreur il y a eu, nombreuses et insidieusement dissimulé d’ailleurs de beaux actes et de belles paroles.  J’ai juste été trop naïf et stupide pour y prêté attention sur le moment. Et me voilà aujourd’hui. Tristement pitoyable.  Condamner à grignoter un reste de liberté sur le toit de mes illusions passé.
Dire que cela me convient. Suis-je tombé ci bas, pour être capable d’accepter une vie si pitoyable ? Surement.  Hélas, plus rien ne peux venir troubler cette vie morne et grisâtre. Je suis dos au mur, enchainé de toutes parts à un destin que je n’ai pas souhaité. Mes mains, déjà trop poissé de sang, utilisées encore et encore au service d’un homme.
Le bruit singulier du tissu froissé me sort de ma torpeur, tendant machinalement mon corps dans une altitude défensif. Geste habituel, qu’il est prudent de ne pas oublier au sein de ce bâtiment. Le regard alerte, un sourire douceâtre vint fleurir mes lèvres face à la vision du gardien tentant maladroitement de se hisser à travers la fenêtre. Un sous fifre. Un petit jouet, si facilement cassable.
Malheureusement, les ordres sont clairs. En particulier pour moi : Ne pas jouer avec les membres du personnel. Tenir tranquille, encore et toujours, jusqu’à ce que l’on me donne un travail. Là et seulement là, je peux me dépenser un minimum et, enfin, me laisser aller.  
Mon souffle chaud s’échappant fugacement de la barrière de mes lèvres gercés chasse mes pensées pessimiste un court instant. Non sans regret, mon corps entreprit de quitter ce petit coin de liberté que constituais le toit pour aller au-devant du petit gardien maladroit.
Du bout du pied je le repousse à l’intérieur du bâtiment, sautant par la même occasion à sa suite. Sans faire attention à ses braiements gênant, je continue mon chemin, m’enfonçant toujours d’avantage dans les couloirs sombres.  Trébuchant à ma suite, le sous fifre entreprit de me couper la route, soufflant et haletant comme un porc.

-Ma-mademoiselle Kirikagure…. On m’envoie vous faire part….pfff… D’une mission !

Vraiment aucun effet de surprise.

-Pas envie. Retourne laver tes carreaux, gamin.

-C’est Mr Tamaki qui m’envoie euuh… vous cherchez !

Tamaki…. Ou comment détruire mon peu de bonne humeur en un mot. Quelle plaie…. Je n’avais pas d’autres choix que de me plier et d’écouter. Une fois encore.
Massacrant mon ‘’accompagnateur’’ du regard, je l’enjoins de continuer son discours d’un mouvement raide du menton.

Il s’éclaircit la voix, reprenant contenance en tentant de ne pas croiser mes yeux.

-Il y a une émeute au district F. Vous devez vous y rendre pour remettre de l’ordre, avec l’aide de Joshua Anderson. Mr Anderson est déjà sur place et s’occupe des premiers cas…

Il grimaça sur la fin de sa phrase.
Le traitement dudit Mr Anderson vis-à-vis de ses
prisonniers ne doit pas être des plus sympathique. Une pointe de curiosité me poussa à prendre le chemin du district F, adressant tout juste un sourire dangereusement langoureux au malchanceux messager.

-Hé gamin….Va donc dire à Tamaki que c’est la dernière fois que je me charge des déchets. Je n’ai pas été engagé pour ramasser les poubelles, même si certaines ont l’air assez… alléchantes.

-Excusez-moi mademoiselle mais… J’ai 43 ans….

-Et alors ?

L’homme s’enfuit sans demander son reste. Brave toutou.

J'arrive sur les lieux au moment précis ou une minuscule aiguille se plante dans la gorge de l'homme à priori responsable du rassemblement. Il ne faut que quelques secondes pour que le pauvre bougre s'éffondre au sol, se tortillant et hurlant de douleurs. Son corps, semblant en prise avec les feux de l'enfer, attire irrésistiblement mon regard, empreint d'une fascination extrème. Morbide.
Hallucinations? Poisons? Ou alors...

Mes yeux firent le lien entre l'aiguille, source de cette danse macabre, et le jeune homme observant la scène avec un interet ennuyé et... presque médical.
L'évidence s'impose à moi. Drogue. Tout simplement. Et méthode incroyablement intéressant.
Ainsi, ce Joshua Anderson utilise les memes sortes de techniques que moi...

Je profite de la distraction de Joshua pour me glisser jusqu'au corps parcourut de spasmes du prisonnier. Mes doigts tatent d'un geste expert différente partits de son anatomie, intimant d'un geste de la main aux quelques gardiens présent de taire ma présence. Fluidité et invisibilité. Deux mots qui décrivent parfaitement ma manière d'agir.
Mon attention se reporte sur mon ''patient''. Il ne survivra pas. C'est un fait, irréfutable. Le fait qu'un gardien, qui plus est d'un rang aussi important que celui de Joshua Anderson, injecte une tel dose de drogue à un prisonnier ne peut etre un hasard. Celui ci devait très bien savoir que seul la mort attendait le récalcitrant.

Mon rire, trop franc pour une personne mille fois brisé tel que moi, résonne funestement dans l'endroit tandis que je pose durement ma main sur l'épaule de Joshua.

-Tu es intéressant mon gars! Je suis Izayoi Kirikagure. On dirait qu'on va devoir faire équipe, toi et moi.

- - - - - - - - - - - - ♠ - - - - - - - - - - - -
˜Pensez à voter pour les Top-Sites!˜
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joshua Anderson
~ ♣ Membre des Gardiens (S)
avatar

Messages : 84
Date d'inscription : 17/08/2013
Age : 21
Localisation : Inside the darkness

Dossier du prisonnier
ID du prisonnier: Joshua, Son of the Evil
Rang du prisonnier: Gardien

MessageSujet: Re: Du sang sur les mains (PV Izayoi)   Lun 4 Nov - 17:37

Au fond, ils sont tous pareils, il n’y a dans cette pièce ni prisonniers ni gardiens ; juste des hommes effrayés par les royaumes de l’inconnu. Des couards, acteurs principaux du drame humain inventé par un créateur impuissant à les sauver. C’est la grande tragédie à laquelle doit assister Joshua qui observe ces visages sombres où fleurit la terreur. Mais qu’est ce qui les fait donc tous tant trembler ? Ont-ils peur de cette aiguille que nul n’a pu voir ? Une moue déçue déforme légèrement les traits de Joshua mais il se reprend bien vite. Le plaisir ne fait que commencer. Son regard se tourne vers les prisonniers encore debout, tremblants et tétanisés. Pas question de merci pour eux. Mais avant, un peu d’expérimentation. Se tournant vers le prisonnier drogué, le bourreau se fige dans une expression de stupeur muette.

Là, sous ses yeux, se tient une jeune femme à la chevelure flamboyante et au regard profond. Il la contemple quelque temps et sourit enfin. Son âme avide de plaisir et de volupté aperçoit en cette fleur sortant de la glaise une distraction agréable. Le premier élan qui agite son cœur est de la curiosité. Qui est-elle donc ? Et surtout, d’où peut bien lui venir cet éclat d’intérêt qui remue au fond de ses prunelles ? Il ne va pas tarder à le savoir, et je mettrais ma main au feu que cela lui arrachera un de ces sourires énigmatiques dont lui seul a le secret et qui dissimulent ses intentions perverses derrière un masque de façade. La voix de la jeune femme s’élève soudain dans l’air, ouvrant une énorme plaie dans l’air lourd de silence. Les mots jaillissent et dévorent la tension latente, tels des bêtes voraces et impitoyables des mots. Un rire trop franc pour être vraiment réel éclate dans l’air et je ne peux m’empêcher de me demander si vraiment une bouche aussi délicate a pu émettre pareil son, il semble sorti de la gueule du Démon en personne.

-Tu es intéressant mon gars! Je suis Izayoi Kirikagure. On dirait qu'on va devoir faire équipe, toi et
moi.


Izayoi Kirigakure. Encore une de ces fleurs belles en apparence mais dont les pétales dissimules des épines vénéneuses et mortelles pour le badaud inattentif. Jamais je n’aurais cru qu’un autre être semblable à Joshua aurait pu venir hanter les tréfonds de cette prison aux allures de parc. Mais lui semblait s’y attendre. D’ailleurs, sa surprise initiale laisse vite la place à ce sourire que j’avais attendu. Izayoi l’intrigue lui aussi, même si ses sentiments sont diamétralement opposés aux miens. Et les autres ? Que pensent-ils maintenant que les deux gardiens envoyés par Tamaki sont sur place ? Ni le soulagement ni la joie ne se lisent sur leurs visages. Et ils ont sans doute raison car les démons sont de sortie aujourd’hui. Mais quelque chose semble naître dans le regard de Joshua, aurait-il réalisé le regard expert de sa coéquipière tandis qu’elle palpait son sujet d’observation ? Il semble que oui.

- T’as l’air experte, se pourrait-il que tu sois familière des alcaloïdes ?

Il n’a même pas eu besoin d’attendre la réponse. Trop entrainé pour manquer un tel détail, il ne peut que conclure à leur troublante ressemblance. Mais le temps presse et son expérience prime avant tout amusement. Il se tourne vers les gardiens muets.

- Qu’est-ce que vous attendez pour me virer ce type de là ? J’ai à faire.
- Mais…et s’il ne va pas mieux ? comment saurez-vous ce qui a motivé leur émeute ?
- Je le sais déjà. Et vous devriez filer, ni lui ni vous ne m’êtes utiles à présent
- B-bien monsieur.

Malgré leurs protestations peu véhémentes, leur soulagement crève les yeux. Ils sont heureux de ne pas avoir à rester à côté de ces deux monstres. J’aimerais tant avoir la chance d’en faire autant…malheureusement je ne peux pas. Je me dois d’enregistrer tous les faits et gestes de mon meurtrier, désormais c’est lui l’acteur du spectacle de cette prison. Il se tourne vers sa collègue aux cheveux de feu.

- Bien, si nous commencions ?

Je sais déjà qu’il n’attendra pas sa réponse, sa prochaine cible est déjà choisie.
Parmi les prisonniers encore présents, un vent de panique se met à souffler. La même interrogation se lit sur tous les visages : qui sera la prochaine victime et surtout…quel sera son sort ? Ils sont si peu imaginatifs qu’ils n’essaient même pas de deviner ce que leur réserve le gardien cruel. Heureusement pour eux, le calvaire de l’attente prend fin. Varier les plaisir est important pour Joshua, surtout lorsque ceux-ci se mêlent avec ses expérimentations.

- J’imagine que vous savez pourquoi nous sommes là ? vous avez commis une grave faute et blessé nombre de gardiens en tentant de vous échapper de cet endroit. Maintenant, l’heure est venue pour vous de recevoir votre sanction.  
- M-M-Mais…pourquoi avoir laissé filer l’autre ? Hurle un prisonnier désespéré. Je croyais que vous seriez clément !
- Oh, oui je me rappelle de celui-là…malheureusement il ne mérite pas le châtiment que vous allez subir. N’en soyez pas jaloux, il arrive que le hasard soit plus favorable à certains qu’à d’autres.
- Vous voulez dire que vous l’avez choisi arbitrairement ? Demande un autre dont la voix s’enfle d’une colère noire face à l’injustice de sa condition.

Joshua semble ravi, il a enfin commencé à attiser cette colère irrépressible dans les cœurs de ces malheureux. Je commence à comprendre ce qu’il a en tête, cette expérience qu’il veut tant tenter sur eux…elle vise sans doute à trouver quelles émotions semer en chacun pour extraire son vice le plus profond. Et si c’est vraiment ce qu’il cherche…

- Rassurez-vous, je n’ai pas l’intention de tous vous tuer. J’ai un programme bien plus intéressant.
- Alors qu’est-ce que vous allez nous faire ?

Le gardien ignore cette dernière question et observe la pièce dans laquelle ils se trouvent tous. Fermée à l’exception d’une porte menant vers le couloir qui traverse le district. Parfait. Son plan semble se mettre en route. Ne reste plus qu’à informer Izayoi et les prisonniers.

- Suis-moi, je vais te montrer quelque chose d’intéressant, murmure-t-il à l’oreille d’Izayoi en s’éloignant vers la sortie.
- Où allez-vous ?
- Cette porte est la seule issue pour quitter cette pièce. Je suis disposé à épargner quinze d’entre vous. Vous aurez trente minutes pour choisir les heureux élus. Quant aux autres…vous finirez comme votre chef.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Du sang sur les mains (PV Izayoi)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Du sang sur les mains (PV Izayoi)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» curseur animé...
» SÖREN. ϟ « J'ai ton sang sur les mains et tes bleus proviennent de mes poings. »
» Amulette blasphèmatoire et pendentif de sang avec palaquin.
» La poignée de mains
» Mains de l'horreur et mains sanglantes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deadman Wonderland :: Districts :: District F :: Couloirs-
Sauter vers: